> Télécharger au format PDF
Archivé DIRECTION DU PERSONNEL MILITAIRE DE L'ARMÉE DE TERRE : Bureau études générales

INSTRUCTION N° 1220/DEF/PMAT/EG/B relative aux officiers sous contrat de l'armée de terre.

Du 07 juillet 2000
NOR D E F T 0 0 5 1 6 1 5 S

Autre(s) version(s) :

 

Précédent modificatif :  Instruction N° 1045/DEF/PMAT/EG/B du 20 février 2001 modifiant l'instruction n° 1220/DEF/PMAT/EG/B du 7 juillet 2000 relative aux officiers sous contrat de l'armée de terre. , Instruction N° 1160/DEF/DPMAT/EG du 01 juillet 2002 modifiant l'instruction n° 1220/DEF/PMAT/EG/B du 7 juillet 2000 (BOC, p. 3319) relative aux officiers sous contrat de l'armée de terre. , Instruction N° 13003/DEF/PMAT/EG/B du 18 mai 2006 modifiant l'instruction n° 1220/DEF/PMAT/EG/B du 7 juillet 2000 (BOC, p. 3319 ; BOEM 311-0) relative aux officiers sous contrat de l'armée de terre. , Instruction N° 13005/DEF/PMAT/DIR/RH/LEG du 27 mai 2008 modifiant l'instruction n° 1220/DEF/PMAT/EG/B du 7 juillet 2000 relative aux officiers sous contrat de l'armée de terre. , Instruction N° 13016/DEF/RH-AT/PRH/LEG du 22 mars 2010 modifiant l'instruction n° 1220/DEF/PMAT/EG/B du 7 juillet 2000 relative aux officiers sous contrat de l'armée de terre.

Référence(s) : Code du 13 juillet 2024 de la défense - Partie réglementaire IV. Le personnel militaire. (Dernière modification le 12 mars 2016 - Document consolidé le 28 mars 2016). Décret N° 73-1004 du 22 octobre 1973 pris pour l'application des dispositions de l'article 5 de la loi du 13 juillet 1972 portant statut général des militaires, relatives au grade d'aspirant. Décret N° 73-1219 du 20 décembre 1973 relatif aux militaires engagés. Décret N° 2000-511 du 08 juin 2000 relatif aux officiers sous contrat.

Pièce(s) jointe(s) :     Douze imprimés répertoriés.

Classement dans l'édition méthodique : BOEM  210-0.2.2.2.

Référence de publication : BOC, 2000, p. 3319.

1. Préambule.

(Remplacé : Instruction du 27/05/2008.)

Recrutés au grade de sous-lieutenant parmi les aspirants, les officiers sous contrat (OSC) de l'armée de terre participent à la constitution, à l'encadrement et au fonctionnement de l'ensemble des formations militaires relevant de leur armée ou relevant d'une autre armée ou d'une formation rattachée au ministère de la défense.

La présente instruction a principalement pour objet :

  • de rappeler les dispositions statutaires s'appliquant aux OSC ;

  • de définir les filières d'emploi et de fixer les règles de gestion ;

  • de préciser les modalités de recrutement ;

  • de définir les conditions et modalités spécifiques de recrutement d'OSC à partir des majors et des sous-officiers de carrière ou sous contrat titulaires du brevet supérieur de technicien de l'armée de terre (BSTAT) ;

  • de définir les conditions et modalités spécifiques de recrutement d'OSC à partir des sous-officiers pilotes de l'aviation légère de l'armée de terre (ALAT).

Elle traite en particulier de l'ensemble des opérations nécessaires au recrutement des OSC, y compris de l'engagement souscrit en vue d'être recruté en qualité d'OSC qui constitue, pour la plupart des candidats, un préalable nécessaire à la souscription d'un contrat d'officier sous contrat.

En ce qui concerne cet engagement, qui relève du décret de troisième référence, les dispositions de l'instruction n° 2000/DEF/PMAT/EG/B du 26 avril 2002 modifiée s'appliquent, sous réserve des dispositions spécifiques prévues dans la présente instruction.

2. Dispositions générales.

2.1. Filières et corps de rattachement.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

Les OSC servent soit au titre de la filière « encadrement des formations » soit au titre de la filière « spécialiste », soit au titre de la filière « pilote », à l\'exclusion des OSC recrutés au titre du chapitre VII. de la présente instruction qui ne servent au titre d\'aucune filière.

Les OSC des filières « encadrement des formations » et « pilote » sont rattachés au corps des officiers des armes, ceux de la filière « spécialiste » au corps technique et administratif de l\'armée de terre. Toutefois, les OSC issus des officiers de réserve en situation d\'activité (ORSA) peuvent conserver leur corps de rattachement initial, même si celui-ci ne correspond pas à la filière au titre de laquelle ils servent.

Les OSC recrutés au titre du chapitre VII de la présente instruction, sont rattachés aux corps d\'officiers de carrière conformément à l\'article 35 ci-après.

Les OSC ont, à grade égal, les mêmes droits et devoirs que les officiers de carrière de leur corps de rattachement.

2.2. Contrats et période probatoire.

(Modifié en dernier lieu : Instruction du 22/03/2010.)

Les contrats d\'OSC sont à durée déterminée et renouvelables et ne peuvent excéder huit ans.

Le premier contrat d\'OSC comporte une période probatoire de six mois au cours de laquelle chacune des parties peut mettre fin à ce lien, unilatéralement et sans préavis. Lorsque la dénonciation est du fait de l\'autorité, elle l\'est par décision motivée.

Lorsque la dénonciation n\'est pas du fait de l\'intéressé mais du ministre chargé des armées (direction du personnel concernée), elle fait l\'objet d\'une décision portant également radiation des cadres de l\'intéressé (imprimé n° 311-0/9). Lorsqu\'elle est du fait de ce dernier (imprimé n° 311-0/10), elle entraîne l\'établissement d\'une décision portant radiation des cadres (imprimé n° 311-0/11).

La période probatoire peut être renouvelée par l\'administration, une seule fois, pour raison de santé ou insuffisance de formation.

Un officier sous contrat recruté parmi les sous-officiers, peut être envoyé en opération extérieure (OPEX) ou en renfort temporaire à l\'étranger pendant la période probatoire, sur décision du commandant de formation.

2.3. Préavis de non-renouvellement de contrat.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

Le non-renouvellement du contrat pour un motif autre que disciplinaire fait l'objet d'un préavis de six mois. Ce préavis doit être donné à l'intéressé même s'il n'a pas demandé à renouveler son contrat. Il donne lieu à une décision (imprimé n° 311-0/7 bis ou imprimé n° 311-0/7 ter) de non-renouvellement de contrat d'OSC adressée à l'autorité administrant directement l'intéressé. Celle-ci doit notifier, à l'intéressé, la décision de la direction du personnel concernée, dans les formes prévues par note n° 5343/DEF/SGA/DAJ/CX du 13 juillet 2001 (BOC, p. 6161) relative à la mention des voies et délais de recours sur les décisions administratives individuelles (annexe I). Si celui-ci refuse de signer le récépissé, l'autorité chargée de la notification établira un compte rendu sur l'imprimé n° 460*/B/2 prévu dans l'instruction générale n° 235/DEF/DAJ/CX du 1er juillet 1980 (BOC, 1982, p. 3953) modifiée, qui sera joint, aux lieu et place du récépissé, à son dossier général.

2.4. Changement d'armée, de service, de corps, d'arme ou de spécialité.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.) 

Les OSC peuvent, pour les besoins du service, dans les conditions fixées par l'article L . 4133-1 du code de la défense, être admis sur leur demande ou affectés d'office dans d'autres corps de l'armée ou du service commun auquel ils appartiennent ou, dans leur corps, dans une autre arme ou une autre spécialité. Ils peuvent sur leur demande être versés dans une autre armée ou un autre service commun.

2.5. Avancement et nominations à titre temporaire.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

Les OSC concourent entre eux pour l'avancement à l'intérieur de leur corps de rattachement.

L'ancienneté des officiers sous contrat dans leur grade est déterminée par le temps passé en activité dans ce grade et, dans chaque cas, par celui pris en compte pour l'avancement au titre des autres positions prévues par la loi de référence qui leur sont applicables.

Les OSC peuvent faire l'objet de nominations à titre temporaire dans les conditions fixées par l'article L . 4134-2 du code de la défense.

2.6. Discipline.

(Remplacé : Instruction du 27/05/2008.)

En application des articles L . 4137-1 à L . 4137-5 du code de la défense, les OSC peuvent encourir des sanctions disciplinaires ou professionnelles.

Des récompenses peuvent être accordées aux OSC dans les conditions prévues par les articles D . 4137-4 à D . 4137-8 du code précité.

2.7. Résiliation des contrats.

Outre la résiliation par mesure disciplinaire prévue à l\'article 7 ci-dessus, les contrats sont résiliés, soit sur demande de l\'intéressé agréée par le ministre chargé des armées, soit de plein droit en cas :

  • d\'admission à l\'état d\'officier de carrière ;

  • d\'inaptitude, constatée par une commission de réforme et résultant d\'infirmité ou de maladie ;

  • de perte de la nationalité française ;

  • de destitution prononcée par jugement d\'une juridiction militaire ;

  • de condamnation à la perte du grade dans les conditions prévues aux articles 384 et 388 à 390 du code de justice militaire ;

  • de condamnation pour une infraction prévue par les articles 413-1, 413-5, 413-11, et 434-2 du code pénal ;

  • de condamnation à une peine entraînant la perte des droits civiques.

La résiliation a lieu dans les conditions prévues au chapitre VI. de la présente instruction.

2.8. Congés et mise en détachement.

(Remplacé : Instruction du 27/05/2008.)

Les OSC sont soumis aux dispositions des articles L . 4138-1 à L . 4138-16 du code de la défense ainsi qu'aux positions statutaires prévues par les articles R . 4138-1 à R . 4138-76 du code précité.

2.9. Indemnités, rémunération.

Conformément à l\'article 3. du décret de quatrième référence, les OSC bénéficient au même titre que les militaires de carrière de l\'indemnité de résidence, des suppléments pour charges de famille et de l\'indemnité pour charges militaires. Par ailleurs, toute mesure de portée générale affectant la rémunération des fonctionnaires civils de l\'État, sous réserve des mesures d\'adaptation nécessaires, leur est appliquée avec effet simultané.

2.10. Exercice d'une activité lucrative.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

Les OSC sont soumis aux mêmes obligations que les militaires de carrière telles qu\'elles sont définies par l\'article L . 4122-2 du code de la défense, en ce qui concerne l\'exercice d\'une activité lucrative ou la possession d\'intérêts dans des entreprises soumises à leur surveillance ou à leur contrôle ou avec lesquelles ils ont négocié des contrats de toute nature.


2.11. Durée des services.

(Remplacé : Instruction du 27/05/2008.)

L\'OSC ne peut, dans cette situation, servir plus de vingt ans, sous réserve des dispositions de l\'article L . 4139-16 du code de la défense.

2.12. Prime.

L\'OSC quittant le service reçoit une prime à l\'expiration de son dernier contrat lorsqu\'elle intervient pour un motif autre que disciplinaire et à la double condition qu\'il ait souscrit, en qualité d\'OSC, un contrat d\'une durée de huit ans et qu\'il compte en cette qualité, une durée de service égale ou supérieure à deux ans.

Cette prime qui ne peut être perçue qu\'une fois, est payée sous forme de versements mensuels dont chacun est égal au montant de la solde budgétaire mensuelle afférente aux derniers grade et échelon détenus par l\'officier à la cessation du contrat.

Le nombre de ces versements est fixé à trois, six, douze ou dix-huit selon que la cessation du contrat est intervenue avant la fin de la quatrième, de la sixième, de la huitième année du contrat de huit ans ou à la fin de celui-ci et postérieurement.

Le montant de la prime est majoré de 10 p. 100 si l\'OSC a un ou deux enfants à charge au sens de la réglementation en vigueur en matière de prestations familiales ou de 20 p. 100 si le nombre d\'enfants à charge est égal ou supérieur à trois.

Lorsque l\'OSC bénéficie du congé du personnel navigant, la prime est versée, dans les conditions précisées ci-dessus, à l\'issue de ce congé.

Le versement de la prime n\'a pas lieu ou est interrompu dans le cas où l\'OSC est nommé dans un emploi permanent des collectivités prévues à l\'article L.84 du code des pensions civiles et militaires de retraite.

2.13. Accès à la fonction publique civile et dispositifs d'aide aux départs.

(Remplacé : Instruction du 27/05/2008.)

Les OSC peuvent bénéficier des dispositions relatives à l\'accès à la fonction publique civile telles qu\'elles sont définies aux articles L . 4139-1 à L . 4139-4 du code de la défense. De même, ils peuvent bénéficier des dispositifs d\'aide aux départs, conformément aux articles L . 4139-5 à L . 4139-6 et L . 4139-10 à L . 4139-11 du code de la défense. 

3. Filières d'emploi des officiers sous contrat de l'armée de terre.

3.1. Filières.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

La filière « encadrement des formations » est ouverte aux jeunes Français souhaitant participer à l\'encadrement des formations et unités opérationnelles.

La filière « spécialiste » est ouverte aux jeunes français désirant occuper un emploi au sein de l\'armée de terre correspondant à leur formation universitaire.

La filière « pilote » est ouverte aux jeunes Français souhaitant servir en tant que pilotes de combat de l\'aviation légère de l\'armée de terre (ALAT). Le recrutement transitoire dans cette filière à partir des sous-officiers de l\'armée de terre fait l\'objet des dispositions du chapitre VIII. de la présente instruction.

3.2. La filière « encadrement des formations ».

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

1. Conditions à remplir.

Posséder la nationalité française.

Jouir de ses droits civiques.

Être en règle vis-à-vis des obligations du service national ou avoir accompli la journée d'appel de préparation à la défense (JAPD) pour les candidats nés après le 31 décembre 1978 et après le 31 décembre 1982 pour les candidates ou fournir l'attestation de dispense à cette journée pour les candidats nés en 1979.

Détenir au minimum un diplôme du niveau de la licence de l'enseignement supérieur général ou technologique ou titre reconnu équivalent ou d'un autre titre ou diplôme classé au moins au niveau II.

Être aspirant et avoir suivi avec succès le cycle de formation des officiers sous contrat donnant accès à ce grade.

Être médicalement et physiquement apte.

Être habilité « confidentiel défense ».

2. La formation.

La formation des OSC de la filière encadrement se déroule en deux étapes.

Au titre de la formation initiale, les élèves OSC (EOSC) reçoivent un enseignement de chef de section toutes armes articulé en différents modules d'une durée totale de cinq mois, dispensé au sein des écoles de Coëtquidan.

Au titre de la formation complémentaire, les OSC de la filière encadrement effectuent un stage de onze mois en école de formation spécialisée où ils acquièrent les savoir-faire techniques, tactiques et de gestion nécessaires à l'exercice de leur premier emploi au sein de leur arme et de leur domaine de spécialité.

3. Le contrat d'OSC « encadrement des formations ».

Le premier contrat d'OSC au titre de la filière « encadrement des formations » est souscrit pour une durée de huit ans. Ce contrat est renouvelable, en fonction de la qualité des services rendus par l'intéressé et des besoins de l'institution, notamment en matière de commandants d'unité élémentaire. Les OSC de la filière encadrement n'ont pas vocation à servir au-delà de quinze ans et un jour de services civils et militaires. Toutefois, en fonction des besoins de l'institution, notamment au sein de la filière « état-major », des OSC pourront être autorisés à servir dans la limite de vingt ans de services en qualité d'officier sous contrat, conformément à l'article L . 4139-16 du code de la défense. 

4. Emploi.

Les OSC recrutés au titre de la présente filière participent à l'encadrement des forces, en qualité de chef de section ou équivalent puis, le cas échéant, de commandant d'unité élémentaire pour ceux dont le contrat initial est renouvelé.

3.3. La filière « pilote ».

(Ajouté : Instruction du 27/05/2008.)

1. Conditions à remplir.

Posséder la nationalité française.

Jouir de ses droits civiques.

Être en règle vis-à-vis des obligations du service national ou avoir accompli la journée d\'appel de préparation à la défense (JAPD) pour les candidats nés après le 31 décembre 1978 et après le 31 décembre 1982 pour les candidates ou fournir l\'attestation de dispense à cette journée pour les candidats nés en 1979.

Détenir au minimum un diplôme de fin de second cycle de l\'enseignement secondaire général, technologique ou professionnel ou diplôme reconnu comme équivalent, ou d\'un autre titre ou diplôme classé au moins au niveau IV.

Être aspirant et avoir suivi avec succès le cycle complet de formation de pilote de combat.

Être médicalement et physiquement apte.

Être habilité « confidentiel défense ».

2. La formation.

La formation des OSC de la filière « pilote » se déroule en deux étapes.

Au titre de la formation initiale, les élèves OSC (EOSC) reçoivent un enseignement militaire, articulé en différents modules, dispensé au sein des écoles de Coëtquidan.

Au titre de la formation complémentaire, les EOSC effectuent une formation de pilote de combat à l\'école d\'application de l\'aviation légère de l\'armée de terre (EAALAT). Ils sont nommés au grade de sous-lieutenant, et recrutés comme officiers sous contrat, à l\'issue de cette formation, au terme de leur deuxième contrat d\'EOSC.

3. Le contrat d\'officier sous contrat pilote.

Le premier contrat d\'OSC au titre de la filière « pilote » est souscrit pour une durée de huit ans. Ce contrat est renouvelable, en fonction de la qualité des services rendus par l\'intéressé et des besoins de l\'institution, dans la limite de vingt ans de services en qualité d\'officier sous contrat, conformément à l\'article L . 4139-16 du code de la défense.

4. Emploi.

Les OSC recrutés au titre de la filière « pilote » peuvent participer à l\'encadrement des forces dans les formations aéromobiles.


3.4. La filière « spécialiste ».

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

1. Conditions à remplir.

Posséder la nationalité française.

Jouir de ses droits civiques.

Être en règle vis-à-vis des obligations du service national ou avoir accompli la journée d'appel de préparation à la défense (JAPD) pour les candidats nés après le 31 décembre 1978 et après le 31 décembre 1982 pour les candidates ou fournir l'attestation de dispense à cette journée pour les candidats nés en 1979.

Détenir au minimum un diplôme du niveau de la licence de l'enseignement supérieur général ou technologique ou titre reconnu équivalent ou d'un autre titre ou diplôme classé au moins au niveau II.

Être aspirant et avoir suivi avec succès le cycle de formation des OSC donnant accès à ce grade.

Être médicalement et physiquement apte.

Être habilité « confidentiel défense ».

2. La formation.

L'objectif de la formation est de faciliter l'insertion des OSC « spécialistes » dans l'institution militaire.

Pour cela, les EOSC reçoivent une formation initiale de trois mois au sein des écoles de Coëtquidan visant à l'acquisition des connaissances militaires élémentaires.

3. Le contrat d'OSC « spécialiste ».

Le premier contrat d'OSC au titre de la filière « spécialiste » est souscrit pour une durée de cinq ans et un jour. Ce contrat est renouvelable, en fonction de la qualité des services rendus par l'intéressé et des besoins de l'institution dans son domaine de spécialités. Les OSC spécialistes n'ont pas vocation à servir au-delà de quinze ans et un jour de services civils et militaires. Toutefois, en fonction des besoins de l'institution, des OSC pourront être autorisés à servir dans la limite de vingt ans de services, conformément à l'article L . 4139-16 du code de la défense.

4. Emploi.

Les officiers sous contrat recrutés au titre de la présente filière ont vocation à servir dans un emploi de leur spécialité dans des unités des forces, des états-majors ou des organismes de conception et de formation. Ils ne sont pas destinés à être chef de section ou assimilé ou commandant d'unité.

4. Processus de recrutement des officiers sous contrat.

4.1. Recrutement et lien au service des élèves officiers sous contrat.

(Modifié en dernier lieu : Instruction du 27/05/2008.)

1. Cas des élèves officiers sous contrat issus du civil ou de militaires d'autres armées.

Ces candidats souscrivent un engagement initial (imprimé n° 311-0/5), en qualité d'élèves officiers sous contrat (EOSC), au titre du décret de troisième référence, pour la période de formation préliminaire à la nomination au grade de sous-lieutenant.

Les militaires d'autres armées encore sous contrat ne peuvent pas être recrutés en qualité d'EOSC avant leur radiation des cadres ou des contrôles, sauf à faire une demande de changement d'armée ou de corps dans les conditions prévues par les articles R . 4133-1 à R . 4133-9 du code de la défense.

La durée de cet engagement est d'une année, sauf pour les EOSC de la filière « pilote », pour lesquels cette durée est de deux ans (renouvelable). Il est, à l'exception de l'engagement ultérieur intervenant après une interruption de service de moins d'un an, assorti d'une période probatoire de six mois pendant laquelle il peut être dénoncé conformément aux procédures définies au point 3.1. de l'instruction n° 2000/DEF/PMAT/EG/B du 26 avril 2002 citée à l'article premier.

2. Cas des d'élèves officiers sous contrat accomplissant un volontariat dans les armées au titre de l'armée de terre .

Seuls les candidats OSC accomplissant un volontariat dans les armées au titre de l'armée de terre (VDAT), conformément au décret n° 98-782 du 1er septembre 1998 modifié peuvent le cas échéant (cf. article 19.2) accomplir la formation en qualité d'EOSC sous leur statut, sans avoir à souscrire un engagement se substituant à leur volontariat en cours. 

3. Cas des militaires engagés : sous-officiers sous contrat non titulaires du brevet supérieur de technicien de l'armée de terre et engagés volontaires de l'armée de terre.

Sous réserve de l'application des dispositions propres aux élèves officiers en formation initiale en Allemagne (EOFIA), les sous-officiers sous contrat non titulaires du BSTAT et les EVAT peuvent être autorisés à postuler à un recrutement comme OSC. En cas d'agrément de leur candidature, ils effectuent la formation d'EOSC et sont nommés au grade d'aspirant sous leur contrat d'engagement en cours.

4. Cas des élèves officiers en formation initiale en Allemagne.

Les sous-officiers sous contrat non titulaires du BSTAT, qui ont suivi avec succès les stages de formation officier première et deuxième partie dispensés par l'armée de terre allemande, peuvent être autorisés à souscrire un contrat en qualité d'OSC.

4.2. Nominations aux grades d'aspirant et de sous-lieutenant.

(Modifié en dernier lieu : Instruction du 27/05/2008.)

1. Cas des EOSC non-aspirants au moment de débuter la formation.

(EOSC issus du civil, volontaires de l'armée de terre militaires du rang ou sous-officiers, sous-officiers sous contrat non titulaires du BSTAT et engagés volontaires de l'armée de terre).

Les EOSC sont nommés et autorisés à porter le galon d'aspirant à compter du premier jour du deuxième mois de formation en cas de réussite au premier module de leur formation d'officier.

Les EOSC peuvent être nommés au grade de sous-lieutenant à compter du premier jour du mois suivant celui de leur nomination au grade d'aspirant. Ils signent un premier contrat d'OSC (imprimé n° 311-0/8) prenant effet ce même jour qui se substitue à l'engagement en qualité d'EOSC ou au volontariat en cours. Pour les EOSC de la filière « pilote », cette nomination et la signature du contrat d'OSC ont lieu au terme du second contrat d'EOSC de deux ans, sous réserve de la réussite à la formation de pilote de combat.

Ils sont autorisés à porter le galon de sous-lieutenant le jour de la prise d'effet du contrat.

2. Cas des EOSC aspirants au moment de débuter la formation (VADAT).

Les VADAT recrutés en tant qu'OSC signent un premier contrat d'officier sous contrat (imprimé n° 311-0/8) qui se substitue au contrat de volontariat en cours et sont nommés au grade de sous-lieutenant à la date de prise d'effet de ce contrat. Ils sont autorisés à porter le galon de sous-lieutenant le jour de la prise d'effet du contrat.

En principe, les candidats au recrutement OSC détenant déjà le grade d'aspirant ne suivent pas à nouveau une formation initiale d'officier. Néanmoins, les VADAT non titulaires d'un brevet de chef de section et candidats à un recrutement d'OSC « encadrement des formations » devront suivre la formation d'EOSC correspondante. Ils seront alors nommés au grade de sous-lieutenant et signeront un premier contrat d'officier sous contrat dans les mêmes conditions que les autres stagiaires de leur promotion.

3. Cas des élèves officiers en formation initiale en Allemagne.

Les EOFIA sont nommés et autorisés à porter le galon d'aspirant le premier août à l'issue de la troisième année scolaire. Le premier jour du mois suivant celui de leur nomination au grade d'aspirant, les EOFIA sont nommés au grade de sous-lieutenant. Ils signent un premier contrat d'OSC (imprimé n° 311-0/8) prenant effet ce même jour qui se substitue au contrat d'engagement en cours.

Ils sont autorisés à porter le galon de sous-lieutenant le jour de la prise d'effet du contrat.

4.3. Première affectation.

(Remplacé : Instruction du 27/05/2008.)

1. Le domaine de spécialités (DS) des candidats OSC « encadrement des formations » est fixé préalablement à la souscription de l'engagement comme EOSC.

Ces candidats sont affectés initialement à Coëtquidan, à l'exception des militaires en activité (cf. art. 18, points 2. et 3.) qui conservent leur affectation d'origine pendant la durée du stage.

À l'issue de leur formation initiale, en fonction de la date à laquelle cette dernière prend fin et des besoins de l'institution, ils sont mutés dans l'école de formation spécialisée correspondant à leur DS :

  • soit directement ;

  • soit après une affectation de quelques mois en unités ;

  • soit après emploi aux écoles de Coëtquidan dans l'attente du début de leur stage de formation spécialisée.

De même, ils sont mutés en sortant de cette école de formation spécialisée dans la formation choisie en fonction de leur classement de sortie.

2. Les candidats OSC « spécialistes » sont recrutés pour servir dans leur spécialité au sein d'une formation ou d'un organisme déterminé en principe au moment de leur candidature.

Les candidats n'effectuant pas la formation initiale y sont affectés directement. Les candidats effectuant la formation initiale sont d'abord affectés à Coëtquidan avant d'y être mutés, à l'exception des militaires en activité (cf. art. 18, points 2. et 3.) qui conservent leur affectation d'origine pendant la durée du stage.

Cependant, en fonction des besoins de l'institution, les candidats OSC « spécialistes »  pourront être affectés, à l'issue de leur formation initiale, dans une autre formation ou organisme que celui initialement prévu.

3. Les EOSC de la filière « pilote » sont affectés initialement à Coëtquidan.

À l'issue de leur formation initiale, en fonction de la date à laquelle cette dernière prend fin et des besoins de l'institution, ils sont mutés dans l'école de formation spécialisée correspondant à leur domaine :

  • soit directement ;

  • soit après une affectation de quelques mois en unités ;

  • soit après emploi aux écoles de Coëtquidan dans l'attente du début de leur stage de formation spécialisée.

De même, ils sont mutés en sortant de cette école de formation spécialisée dans la formation choisie en fonction de leur classement de sortie.

4.4. Échec à la formation.

En cas d'échec à la formation d'EOSC, la souscription du contrat d'OSC est refusée et l'engagement ou le volontariat en cours est dénoncé par l'autorité militaire, conformément aux procédures relatives aux périodes probatoires en vigueur.

Dans le cas où il s'agit d'un EOSC sous statut VDAT au-delà de la période probatoire (après trois mois de volontariat), il rejoint son ancien organisme. Il en va de même pour les candidats sous-officiers sous contrat et EVAT (cf. art. 18, points 2 et 3 supra) . Dans le cas où il s'agit d'un EOSC qui a souscrit un engagement ultérieur ne comportant pas de période probatoire (cas d'une interruption de service inférieure ou égale à un an), il peut, soit demander la résiliation de l'engagement en cours pour inaptitude à l'emploi, soit demander une réorientation.

5. Procédure de souscription du premier contrat.

5.1. Constitution du dossier.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

La constitution du dossier de candidature à un recrutement en qualité d'OSC est à la charge :

  • du centre d'information et de recrutement de l'armée de terre (CIRAT) de région économique pour un candidat civil, y compris les réservistes ;

  • de l'organisme d'affectation pour un candidat en activité.

Une procédure de demande d'habilitation « confidentiel défense » est initiée par le CIRAT ou l'organisme d'administration dès l'ouverture du dossier de recrutement en qualité d'OSC.

5.2. Composition du dossier.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

1. Candidats civils, devant effectuer la formation d'EOSC en qualité d'engagé.

a) Le dossier constitué en vue de l'engagement préliminaire à l'admission en formation doit comprendre les pièces suivantes :

  • pièce n° l : demande d'engagement initial ou ultérieur au titre de l'armée de terre en vue d'être recruté en qualité d'OSC et demande de souscription d'un contrat d'OSC (imprimé n° 311-0/4 ou n° 311-0/4 bis). Cette double demande est établie, datée et signée de la main du candidat ;

  • pièce n° 2 : déclaration d'intention dans laquelle l'intéressé devra indiquer clairement ses aspirations et motivations ;

  • pièce n° 3 : certificat médico-administratif d'aptitude attestant, conformément à l'instruction n°  812/DEF/EMAT/PRH/EG/SO/MDR du 6 mai 2004 modifiée, l'aptitude requise pour un recrutement comme officier des armes pour les candidats OSC filière « encadrement des formations », comme officier des services pour les candidats OSC filière « spécialiste », et comme personnel navigant de l'ALAT pour les candidats OSC filière « pilote » ;

  • pièce n° 4 : bulletin n° 2 du casier judiciaire ;

  • pièce n° 5 : copies des diplômes détenus ;

  • pièce n° 6 : photocopie de la carte nationale d'identité en cours de validité effectuée par le responsable de la constitution du dossier et sur laquelle figure l'avis de réception suivant : « Photocopie du document original présenté par (nom et prénom du candidat), effectuée le (date) par (grade, nom, prénom de l'officier ou du sous-officier responsable) ». Cet avis est suivi des signatures du candidat et du militaire responsable de la constitution du dossier ;
  • pièce n° 7 : bordereau d'envoi de demande d'habilitation « confidentiel défense ».

Le dossier doit comprendre, en outre, pour les engagés ultérieurs :

  • pièce n° 8 : un état signalétique et des services ;

  • pièce n° 9 : un relevé des récompenses et des punitions.

b) Le dossier doit également comprendre, au plus tard à la date de souscription du contrat d'OSC, les pièces suivantes :

  • pièce n° 10 : attestation d'habilitation confidentiel défense. À défaut, le contrat d'OSC pourra tout de même être souscrit, néanmoins cette attestation devra être fournie dans les six mois suivants, sous peine de dénonciation du contrat de l'intéressé par la direction du personnel concernée.

2. Candidats en activité : VDAT, sous-officiers sous contrat, EVAT.

Le dossier constitué en vue, selon le cas, de l'admission en formation ou de la souscription directe d'un contrat d'OSC pour les volontaires dispensés de la formation (VADAT candidats à un recrutement dans la filière « spécialiste »), doit comprendre les pièces suivantes :

  • pièces n° 2, 3, 4, 5, 7, 8, 9 et 10 ;

  • pièce n° 11 : imprimé n° 314/18 ou formulaire unique de demande (FUD) par lequel l'intéressé demande l'autorisation de souscrire un contrat d'OSC avec l'avis motivé du chef de corps et le relevé des récompenses et des punitions. 

5.3. Dépôt et transmission des demandes.

Les modalités et le circuit sont définis par note sous timbre de la sous-direction recrutement de la direction du personnel militaire de l'armée de terre (DPMAT).

5.4. Décision d'autorisation de souscription de contrat.

(Remplacé : Instruction du 27/05/2008.)

À toute demande de souscription de contrat d'OSC fait suite une décision d'acceptation ou de refus (imprimé n° 311‑0/7) prise par le ministre (direction du personnel concernée). Cette décision est notifiée à l'intéressé dans les formes prévues par la note n° 5343/DEF/SGA/DAJ/CX du 13 juillet 2001 relative à la mention des voies et délais de recours sur les décisions administratives individuelles (annexe II). Si l'intéressé refuse de signer le récépissé, l'autorité chargée de la notification établira un compte rendu, imprimé n° 460*/B/2 prévu dans l'instruction générale n° 235/DEF/DAJ/CX du 1er juillet 1980 modifiée, qui sera joint, aux lieu et place du récépissé, à son dossier général.

5.5. Souscription du contrat.

Le candidat, dont la demande a été agréée, est convoqué pour signer son contrat (imprimé n° 311-0/8) devant le commissaire local ou son suppléant.

Le contrat est établi en quatre exemplaires : le premier est donné à l'intéressé, le second est adressé à la direction du personnel concernée (bureau de gestion pour la DPMAT), le troisième est inséré dans le dossier général de l'intéressé et le dernier constitue la minute conservée par le commissaire de l'armée de terre.

6. Procédure de renouvellement de contrat.

6.1. Constitution du dossier.

La constitution du dossier de candidature à un renouvellement de contrat en qualité d'OSC est à la charge de l'organisme d'administration du candidat.

6.2. Composition du dossier.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

Le dossier se compose des pièces suivantes :

  • un imprimé n° 314/18 ou formulaire unique de demande (FUD) par lequel l'intéressé demande l'autorisation de souscrire un contrat d'OSC, avec l'avis motivé du chef de corps et le relevé des récompenses et des punitions ;

  • un certificat médico-administratif datant de moins d'un an.

6.3. Dépôt et transmission de la demande.

La demande est adressée au chef de corps ou de service au moins neuf mois avant la date d\'expiration du contrat en cours. Celui-ci délivre un récépissé de dépôt de la demande (imprimé n° 311-0/6), puis constitue le dossier et le transmet, dans les plus brefs délais, directement à la direction du personnel concernée (bureau de gestion pour la DPMAT).


6.4. Décision d'autorisation de renouvellement de contrat.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

Toute demande de renouvellement de contrat fait l'objet d'une décision (imprimé n° 311-0/7 ter) d'acceptation ou de refus prise par le ministre (direction du personnel concernée), dont la notification à l'intéressé doit intervenir au moins six mois avant la date demandée de prise d'effet du contrat.

Cette décision est notifiée à l'intéressé dans les formes prévues par note n° 5343/DEF/SGA/DAJ/CX du 13 juillet 2001 (BOC, p. 6161) relative à la mention des voies et délais de recours sur les décisions administratives individuelles (annexe I).

Si l'intéressé refuse de signer le récépissé, l'autorité chargée de la notification établira un compte rendu sur l'imprimé n° 460*/B/2 prévu dans l'instruction générale n° 235/DEF/DAJ/CX du 1er juillet 1980 (BOC, 1982, p. 3953) modifiée qui sera joint, aux lieu et place du récépissé, à son dossier général.

Dans le cas où le préavis de six mois prévu ci-dessus n'est pas respecté, le contrat est prorogé d'une durée telle que le délai de six mois soit respecté entre la date de notification de la décision de refus et la date de cessation des services. Toutefois, l'intéressé peut demander à cesser ses services avant la date nouvelle à laquelle s'achève son contrat, compte tenu de la prorogation.

6.5. Souscription du contrat.

Elle se fait selon la procédure décrite à l'article 26 ci-dessus.

7. Procédure administrative relative à la résiliation des contrats.

7.1. Résiliation de plein droit.

Dès que la direction du personnel dont relève l'intéressé a averti l'autorité l'administrant, cette dernière doit notifier, à l'intéressé, la décision de la direction du personnel, dans les formes prévues par note n° 5343/DEF/SGA/DAJ/CX du 13 juillet 2001 (BOC, p. 6161) relative à la mention des voies et délais de recours sur les décisions administratives individuelles (annexe I). Si l'intéressé refuse de signer le récépissé, l'autorité chargée de la notification établira un compte rendu sur l'imprimé n° 460*/B/2 prévu dans l'instruction générale n° 235/DEF/DAJ/CX du 1er juillet 1980 (BOC, 1982 p. 3953), qui sera joint, aux lieu et place du récépissé, à son dossier général.

7.2. Résiliation sur demande de l'intéressé.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

La demande établie sur l'état de renseignement imprimé n° 314/18 ou formulaire unique de demande (FUD), accompagnée d'une demande manuscrite motivée, est adressée par la voie hiérarchique à la direction du personnel concernée, au moins trois mois avant la date de résiliation désirée. La décision prise par le ministre (direction du personnel concernée) dont relève le demandeur est adressée à l'autorité administrant l'intéressé. Cette autorité doit notifier, à l'intéressé, la décision de la direction du personnel, dans les formes prévues par note n° 5343/DEF/SGA/DAJ/CX du 13 juillet 2001 (BOC, p. 6161) relative à la mention des voies et délais de recours sur les décisions administratives individuelles (annexe I). En cas de rejet de la demande, la décision de la direction du personnel concernée est motivée. Si l'intéressé refuse de signer le récépissé, l'autorité chargée de la notification établira un compte rendu sur l'imprimé n° 460*/B/2 prévu dans l' instruction générale n° 235/DEF/DAJ/CX du 1er juillet 1980 (BOC, 1982, p. 3953) modifiée, qui sera joint, aux lieu et place du récépissé, à son dossier général.

7.3. Résiliation sur demande de l'autorité militaire par mesure disciplinaire.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

a) Le dossier de résiliation comprend :

  • un rapport détaillé établi par le chef de corps ou de service sur la manière de servir de l'intéressé et sa notation générale ;

  • un relevé de punitions ;

  • un état signalétique et des services ;

  • une déclaration de l'intéressé attestant avoir pris connaissance de son dossier du personnel dans les conditions prévues par la circulaire n° 10673/DEF/DAJ/AA/2 du 22 juillet 1985 (BOC, p. 4541) modifiée.

Ce dossier est adressé, par la voie hiérarchique, à la direction du personnel de l'officier.

b) Décision.

La résiliation pour motif disciplinaire est prononcée par décision du ministre chargé des armées (direction du personnel concernée) sur avis conforme du conseil d'enquête dont l'organisation et le fonctionnement sont prévus par les articles R . 4137-66 à R . 4137-92 du code de la défense.

8. Recrutement d'OSC à partir des majors et des sous-officiers de carrière ou sous contrat titulaires du BSTAT.

8.1. Contenu

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

Les sous-officiers d'active peuvent, après avoir été nommés au grade d'aspirant, être recrutés comme OSC au grade de sous-lieutenant, en vertu des dispositions de l'article 6 du décret n° 2000-511 du 8 juin 2000 et de l'article 4 du décret n° 73-1004 du 22 octobre 1973 .

Ils ont alors vocation à bénéficier de contrats successifs jusqu'à la limite des vingt années de services autorisées, sous réserve des dispositions de l'article L . 4139-16 du code de la défense.

Le présent chapitre précise les conditions et les modalités selon lesquelles s'effectue ce recrutement.

8.2. Conditions requises.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

1. Sous-officiers d'active âgés de 27 ans au moins et de 32 ans au plus au 1er janvier de l'année de leur recrutement :

  • être de carrière ou sous contrat ;

  • être excellemment noté, notamment en ce qui concerne l'aptitude officier ;

  • compter au moins six ans et, au plus, douze ans de services militaires effectifs ;

  • posséder un diplôme sanctionnant la fin des études d'un premier cycle de l'enseignement supérieur et être titulaire du brevet supérieur de technicien de l'armée de terre (BSTAT) [ou du brevet militaire professionnel du 2e degré (BMP 2)] ou être titulaire d'un BSTAT (ou d'un BMP 2) homologué au niveau III ;

  • présenter l'aptitude médicale fixée pour l'accès à l'état d'officier d'active [cf. instruction n° 812/DEF/EMAT/PRH/EG/NO du 16 mars 2002 (BOC, p. 1638)].

2. Sous-officiers d'active âgés de plus de 34 ans et de moins de 40 ans au 1er janvier de l'année de leur recrutement :

  • être major par la voie du concours ;

  • avoir accompli au moins quinze ans de services militaires effectifs ;

  • présenter l'aptitude médicale fixée pour l'accès à l'état d'officier d'active [cf. instruction n° 812/DEF/EMAT/PRH/EG/NO du 16 mars 2002 (BOC, p. 1638)] ;

  • être titulaire du BSTAT (ou BMP 2) dans l'une des spécialités suivantes, sans que la qualification « Q » puisse être prise en considération :

    • télécommunication ;

    • management des systèmes d'information ;

    • techniques d'opérations d'infrastructure ;

    • administration et soutien de l'homme ;

    • gestion des ressources humaines ;

    • renseignement ;

    • maintenance ;

    • entraînement physique et sportif ;

    • aéromobilité.

3. À l'exception de ceux recrutés parmi les sous-officiers appartenant au domaine de spécialité « aéromobilité » et « sécurité » qui sont rattachés au COA, ces OSC sont tous rattachés au CTA.

8.3. Constitution des dossiers.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

Les dossiers de candidature, constitués sous la responsabilité des formations dont dépendent administrativement les candidats, comportent les pièces suivantes.

1. Un état n° 314/18 ou formulaire unique de demande (FUD) dont seuls sont renseignés :

  • la page de garde sur laquelle les candidats demandent :

  • lorsqu'ils sont de carrière, « à démissionner du corps des sous-officiers de carrière de l'armée de terre à compter du …(1), à souscrire un engagement d'un an avec le grade d'aspirant prenant effet ce même jour et à souscrire un contrat d'OSC avec le grade de sous-lieutenant pour une durée de huit ans, prenant effet le … (2), pour servir au sein du … (3), en application de l'instruction n° 1220/DEF/PMAT/ EG/B du 7 juillet 2000 modifiée » ;

  • pour les sous-officiers sous contrat, « à souscrire, après avoir été nommé aspirant, un contrat d'OSC avec le grade de sous-lieutenant pour une durée de huit ans prenant effet le … (2), en application de l'instruction n° 1220/DEF/PMAT/EG/B du 7 juillet 2000 modifiée » ;

  • le tableau dans lequel le chef de corps prend nettement position sur l'aptitude du candidat à devenir officier, en veillant à rester cohérent avec les avis portés sur les feuilles de notes de l'intéressé.

2. Une copie ou une photocopie certifiée conforme du diplôme scolaire ou universitaire du plus haut niveau détenu pour les candidats relevant du point 1 de l'article 35 ne détenant pas de BSTAT (ou BMP 2) homologué au niveau III.

3. Un relevé des punitions et récompenses.

4. Un certificat médico-administratif de visite médicale (imprimé n° 620-4*/1) mentionnant obligatoirement l'aptitude de l'intéressé à servir et faire campagne en tous lieux et sans restriction et, le cas échéant, la copie de la décision de la commission de réforme.

5. Un certificat de sécurité ou une copie ou une photocopie de la demande d'habilitation correspondante [selon les prescriptions de l'instruction n° 900/DEF/CAB/DR du 18 juin 2007 (n.i. B.O.)].

8.4. Transmission des dossiers.

(Modifié : Instruction du 27/05/2008.)

Les dossiers de candidature sont adressés directement à la direction du personnel (bureau de gestion pour la DPMAT) à laquelle ils doivent parvenir pour le 1er mars de l'année du recrutement. Une copie du n° 314/18 ou FUD est envoyée à l'autorité immédiatement supérieure (AIS).

8.5. Sélection des candidats et procédure de recrutement.

Les dossiers sont examinés par la direction du personnel (bureau de gestion pour la DPMAT) en vue d\'éliminer les candidats ne remplissant pas toutes les conditions exigées. Les candidatures recevables sont alors instruites et la liste des candidats retenus est arrêtée.

Les sous-officiers figurant sur cette liste en sont informés par message adressé aux formations les administrant, avec copie à l\'autorité immédiatement supérieure.

Les décisions d\'acceptation de démission du corps des sous-officiers de carrière (le cas échéant) et les autorisations de souscription d\'un engagement d\'un an comme aspirant, ainsi que les autorisations de souscription de contrat d\'OSC sont prises simultanément par la direction du personnel concernée (DPMAT ou DCCAT pour les commissaires).

Au bas de chaque imprimé, le « nota » suivant devra obligatoirement figurer :

« Nota. L\'intéressé est nommé au grade d\'aspirant à compter du … (1) en vue de servir en qualité d\'officier sous contrat avec le grade de sous-lieutenant à compter du … (2), conformément à l\'article 4 du décret n° 73-1004 du 22 octobre 1973 modifié. »

La direction du personnel concernée (bureau COAD pour la DPMAT) établit, pour tous les candidats retenus, un projet d\'arrêté de nomination au grade d\'aspirant ainsi qu\'un projet de décret de nomination au grade de sous-lieutenant.

Tous sont autorisés à porter les galons d\'aspirant puis de sous-lieutenant aux dates prévues de nomination (date de prise d\'effet de l\'engagement, pour les SOC, en ce qui concerne le grade d\'aspirant et date de prise d\'effet du contrat OSC en ce qui concerne le grade de sous-lieutenant).

Les sous-officiers recrutés au titre de l\'article 35, point 1, de la présente instruction suivent un stage spécifique de formation.

8.6. Rémunérations.

Les dispositions de l'article 4 du décret n° 76-1191 du 23 décembre 1976 (BOC, p. 4411) modifié sont applicables.

9. RECRUTEMENT TRANSITOIRE D'OFFICIERS SOUS CONTRAT À PARTIR DES SOUS-OFFICIERS PILOTES DE L'AVIATION LÉGÈRE DE L'ARMÉE DE TERRE.

9.1. Contenu

(Remplacé : Instruction du 27/05/2008.)

Les sous-officiers d'active pilotes de l'ALAT peuvent, après avoir été nommés au grade d'aspirant, être recrutés comme OSC au grade de sous-lieutenant, en vertu des dispositions de l'article 6 du décret n° 2000-511 du 8 juin 2000 modifié et de l'article 4 du décret n° 73-1004 du 22 octobre 1973 modifié.

Le présent chapitre précise les conditions et les modalités selon lesquelles s'effectue ce recrutement spécifique.

9.2. Corps de rattachement et durée des services.

Les OSC recrutés dans le cadre du présent chapitre sont rattachés au COA.

Ils peuvent bénéficier de contrats successifs jusqu'à la limite des vingt années de services autorisés en tant qu'OSC, sous réserve des dispositions de l'article L . 4139-16 du code de la défense.

Il bénéficient d'un premier contrat d'OSC dont la durée de huit ans peut être adaptée, en fonction des besoins du service. Celle-ci ne saurait cependant être inférieure à cinq ans (sauf exceptions en fonction de l'âge de l'intéressé).

9.3. Constitution des dossiers.

Les dossiers de candidature, constitués sous la responsabilité des formations dont dépendent administrativement les candidats, comportent les pièces suivantes :

1. Un état n° 314/18 ou formulaire unique de demande (FUD) dont seule est renseignée la page de garde sur laquelle les candidats demandent :

  • lorsqu'ils sont de carrière, « à démissionner du corps des sous‑officiers de carrière de l'armée de terre à compter du ... (date communiquée préalablement par le bureau appuis de la DPMAT), à souscrire un engagement d'un an avec le grade d'aspirant prenant effet ce même jour et à souscrire un contrat d'OSC avec le grade de sous-lieutenant prenant effet le ... (date communiquée préalablement par le bureau appuis de la DPMAT), pour une durée de ... [5 à 8 ans, selon l'ancienneté de services et le souhait de l'intéressé, sauf exception en fonction de l'âge (sous-officiers se trouvant à moins de cinq ans de la limite d'âge du grade de capitaine du COA)], pour servir au sein du COA, dans le domaine de spécialités aéromobilité, en application de l'instruction n° 1220/DEF/PMAT/EG/B du 7 juillet 2000 modifiée » ;

  • pour les sous-officiers sous contrat, « à souscrire, après avoir été nommé aspirant, un contrat d'OSC avec le grade de sous-lieutenant prenant effet le ... (date communiquée préalablement par le bureau appuis de la DPMAT), pour une durée de ... [5 à 8 ans, selon l'ancienneté de services et le souhait de l'intéressé, sauf exception en fonction de l'âge (sous-officiers se trouvant à moins de cinq ans de la limite d'âge du grade de capitaine du COA)], en application de l'instruction n° 1220/DEF/PMAT/EG/B du 7 juillet 2000 modifiée ».

2. Un certificat de sécurité, ou une copie ou une photocopie de la demande d'habilitation correspondante.

9.4. Transmission des dossiers.

Les dossiers de candidature sont adressés directement au bureau appuis de la DPMAT. Une copie de l'état n° 314/18 ou FUD est envoyée à l'autorité immédiatement supérieure (AIS).

9.5. Procédure de recrutement.

Les sous-officiers recrutés sont informés par message adressé à leur formation d'administration, avec copie à l'autorité immédiatement supérieure.

Les décisions d'acceptation de démission du corps des sous-officiers de carrière (le cas échéant) et les autorisations de souscription d'un engagement d'un an comme aspirant, ainsi que les autorisations de souscription de contrat d'OSC, sont prises simultanément par la DPMAT.

Au bas de chaque imprimé, le « nota » suivant devra obligatoirement figurer :

« Nota. L'intéressé est nommé au grade d'aspirant à compter du ... (date communiquée préalablement par le bureau appuis de la DPMAT) en vue de servir en qualité d'officier sous contrat avec le grade de sous-lieutenant à compter du ... (date communiquée préalablement par le bureau appuis de la DPMAT), conformément à l'article 4 du décret n° 73-1004 du 22 octobre 1973 modifié. »

Le bureau COAD de la DPMAT établit, pour tous les candidats retenus, un projet d'arrêté de nomination au grade d'aspirant ainsi qu'un projet de décret de nomination au grade de sous-lieutenant.

Les intéressés sont autorisés à porter les galons d'aspirant puis de sous-lieutenant aux dates prévues de nomination (date de prise d'effet de l'engagement, pour les SOC, en ce qui concerne le grade d'aspirant et date de prise d'effet du contrat OSC en ce qui concerne le grade de sous-lieutenant).

Les sous-officiers recrutés pourront suivre une formation d'officier aux écoles de Coëtquidan. 

Pour le ministre de la défense et par délégation :

Le général,
directeur du personnel militaire de l\'armée de terre,

Robert RIDEAU.

Annexes

1 311-0/4 Demande d'engagement initial au titre de l'armée de terre.

1 311-0/4BIS Demande d'engagement ultérieur au titre de l'armée de terre.

1 311-0/5 Engagement initial au titre de l'armée de terre.

1 311-0/5BIS Engagement ultérieur au titre de l'armée de terre.

1 311-0/6 Récépissé de dépôt d'une demande de souscription d'un contrat d'officier sous contrat.

1 311-0/7 Décision portant refus ou acceptation d'une demande de souscription de contrat d'OSC.

1 311-0/7 BIS DECISION DE NON-RENOUVELLEMENT DE CONTRAT.

1 311-0/7 TER Décision de demande ou de renouvellement de contrat d'officier sous contrat.

1 311-0/8 Contrat d'officier sous contrat.

1 311-0/9 Décision portant dénonciation de contrat d'officier sous contrat et radiation des cadres.

1 311-0/10 DENONCIATION DE CONTRAT du fait de l'intéressé(e).

1 311-0/11 DECISION PORTANT RADIATION DES CADRES à la suite de la dénonciation du contrat d'officier sous contrat du fait de l'intéressé(e).